Chargement

Décroche

Parce qu’après tout, c’est vrai, tu savais pas ce que tu faisais.

Partager les pensées d’un homme en fuite. Sa morale qui le montre du doigt, ses
valeurs à la queue leu leu.
Une course-poursuite contre lui-même, à bout de souffle.
Décroche, monologue rythmique, nous prend par la main et nous emmène où nous
aurions préféré ne pas nous aventurer. Dans les méandres d’une personnalité
torturée. Y observer la métamorphose de l’être de raison en celui gouverné par la
pulsion.

 Dossier de présentation


Diffusion.

Représentations et sorties de résidences
  • Sortie publique - Bègles (33), Théâtre en Miettes, 21 Avr. 2012
  • Sortie publique - Bordeaux (33), Glob Théâtre, 25 Fév. 2013
  • Création - Bègles (33), Théâtre en Miettes, 2 et 3 avril 2013


Ils en parlent.

Retours presse & spectateurs
  • J’avais peur du propos, rien de pervers mais la violence des mots, même enrobés par le quotidien, ou justement car enrobés du quotidien, est bien là, pesante, pour un père de famille comme moi. C’est un vrai geste artistique que nous propose Jérôme Batteux.

    Gérard David – Directeur artistique de la Cie Les Labyrinthes
  • Décroche, sujet délicat, celui de l'inceste, abordé et traité avec beaucoup de délicatesse par Jérôme Batteux, sans exclure malgré tout la violence du propos.

    Françoise Dardot-Boulon – Directrice de l'Office Culturel et Éducatif de Talence
  • Nous sommes comme à l’intérieur de cet homme, comme des voyeurs impuissants.

    Le comité de lecture du CNT
  • J'apprécie la manière avec laquelle Jérôme Batteux traite de sujets "tabous", sans jamais juger et avec une continuelle envie de comprendre.

    Nicolas Monteils
  • Violent mais jamais provocateur, drôle mais jamais indélicat, empathique mais jamais complaisant, ce texte a certes de nombreuses qualités eu égard au sujet. Mais il en a une qui surpasse les autres… Il est très bien écrit. ”

    Frédéric El Kaïm – Directeur Artistique de la compagnie Une Cie
  • On s'attache au personnage, on a pitié de lui, on est presque aussi paumé que lui.

    Paul Marquehosse